Paul GREGOIRE

Ingénieur en mécanique, diplômé de l'Université de Montréal, École Polytechnique, 1964, Monsieur Grégoire a d’abord été à l’emploi de quelques firmes d'ingénieurs-conseils traditionnelles dans la région de Montréal, à titre de chargé de projets surtout en mécanique de bâtiment. Il a fait des plans et devis et de la surveillance de construction pour tous genres de bâtiments : institutionnels, hospitaliers, commerciaux, industriels, récréatifs, logements  locatifs et en condominium, écoles, banques, etc.

Sorties d'air sous les balcons

sortie_air1er novembre 2012 - Beaucoup de récents bâtiments en condominiums ont des sorties d'air sous les balcons.

 Dans une chronique antérieure (29 novembre 2010) nous avons expliqué un système de ventilation efficace et usuel en évacuant l'air au toit et en alimentant les logements centralement par de l'air de remplacement préchauffé et parfois climatisé.

Plus récemment, par souci d'économie, il se fait souvent une alimentation d'air, mais avec de l'évacuation locale sous chaque balcon du logement au dessus et/ou des grilles murales en l'absence de balcon. Cette méthode demande quand même une évacuation constante égale à l'alimentation, généralement faite par l'évacuateur d'air de la toilette.

Cette méthode présente plusieurs inconvénients, dont certains sont non conformes aux normes et codes :

 1 - Parfois, le débit de l'évacuateur n'est pas suffisant pour assurer le débit requis par le code

2 - La distance minimum obligatoire entre ces sorties et la partie ouvrante de portes et fenêtres n'est souvent pas respectée, empirée par le balcon en retrait (voir photos)

3 - Les grilles murales aux étages supérieurs sont difficilement accessibles pour inspection et nettoyage

4 - Les coûts d'entretien sont plus élevés pour inspecter et nettoyer les grilles et les clapets

5 - Sous les grilles, il y a risque de coulisses d'eau, de graisse, d'accumulation de charpie de sécheuse

6 - Souvent les sécheuses se déversent dans le même plenum que les toilettes et hottes, ce qui est défendu

7 - Sous les balcons, les clapets anti-retour sont en dehors du mur extérieur, ce qui est défendu

8 - Certains clapets sont tellement bas-de-gamme qu'ils ne fermeront plus à court terme

9 - Les grilles sont souvent en acier et rouilleront rapidement, comparé à de l'aluminium

10 - Les grilles sont souvent prises dans du scellant, au lieu d'être amovibles dans des cadres fixés au fini

11 - Les conduits allant sous les balcons sont rarement isolés et accentuent le pont thermique de la dalle

12 - Souvent les clapets contiennent des éléments non résistants à la rouille, ce qui est défendu

13 - Diamètres des conduits parfois trop petits pour les débits requis

14 - Condensation et glace sur le béton, le désagrégeant à long terme (voir photo)

Pour toutes ces raisons, les grilles murales et sous les balcons sont rarement acceptables et la solution est très difficile et très coûteuse, car cela se résume dans l'évacuation au toit.  

 

Paul Grégoire, Ingénieur-conseil
Tél. : (514) 737-6350
Cell : (514) 777-6350
Courriel : [email protected]

Les chroniques expriment l’opinion personnelle de leurs auteurs et n’engagent absolument pas la responsabilité de l’éditeur du site, CondoLegal.com Inc. Le contenu et les avis émis dans une chronique n’engagent que leur auteur.

Retour aux chroniques

Mots-clés