Définition : Courtier immobilier

Personne physique qui se livre à une opération de courtage telle que définie à la Loi sur le courtage immobilier, en agissant personnellement comme intermédiaire pour, selon le cas, l’achat, la vente, l’échange, le financement ou la location d’immeubles dans le domaine résidentiel ou commercial. Le courtier immobilier peut agir à son compte ou pour une agence. Il doit être titulaire d’un permis de courtier délivré par l'Organisme d’autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ).

Vérifier le dossier d'un courtier

Articles liés


  Je souhaite connaître comment sont établis les frais de condo (charges communes) apparaissant dans les annonces des agences immobilières. Celles-ci ne sont pas constantes et mettent un doute dans l'esprit de ceux qui veulent acheter en copropriété. Question : Existe-t-il en cette matière une directive uniforme dans les agences immobilières ? Quel conseil un courtier immobilier doit-il donner à son client lorsqu'il l'assiste pour compléter le formulaire de la déclaration du vendeur? Certains vendeurs déclarent l'ensemble des frais, d'autres indiquent seulement les dépenses courantes (par ex. les dépenses de maintenance, de fonctionnement et d’administration des parties communes). Ces deux façons de faire peuvent faire varier de 300% le montant des frais de condo, ce qui peut représenter des sommes appréciables pour un acheteur.
Vous devez vous identifier/inscrire pour lire cet article
30 mars 2022 - Un pianiste, qui rêve de jouer et de composer dans l’unité du complexe d’Habitat 67 qu’il vient d'acheter, frappe un mur. La déclaration du vendeur, qui pourtant indique clairement qu’il n’y a pas d’amiante à l’intérieur de son unité, est loin de refléter la réalité. Il trouve de l’amiante à plusieurs endroits à tel point qu’il doit tout démolir. Mais qui est responsable et qui était au courant de la présence d’amiante ? Émission : La facture (Radio-Canada) Date de diffusion : 29 mars 2022 Journaliste : Katherine Tremblay Réalisateur : Pierre Legault  
Lire la suite
L'Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec publiait en octobre 2021 des données indiquant une hausse significative du nombre de ventes de copropriétés (+ 13%) ainsi que du prix médian (+ 21%) par rapport à 2020 dans la province de Québec. Cette frénésie immobilière apportait ainsi son lot de défis pour les potentiels acheteurs de condo. Selon l’avocat émérite Yves Joli-Cœur, : « De tous les achats qu’on peut faire en immobilier, le condo est celui qui comporte le plus de risques. Il faut donc voir le processus d’acquisition comme de la gestion de risques ». Également, L’intervention du notaire est très importante pendant l’achat d’un appartement en copropriété divise, car la préparation de l’acte de vente destiné à une copropriété divise est très complexe. Alors, quels sont les judicieux conseils à savoir afin d’acquérir un condo sans embûches ?
Lire la suite
Lors d’une vente d'un appartement, nous avons, en tant qu'administrateurs, fréquemment à remplir et à fournir des documents aux notaires et aux courtiers immobiliers. Évidemment, nous comprenons que l'objectif recherché est de bien informer le futur copropriétaire sur un certain nombre de points relatifs à notre copropriété.  Questions : Nous voulons savoir : Si on est en droit de demander des frais pour s'occuper de ces dossiers ? Si oui, quel est le montant jugé raisonnable ? Doit-on procéder par ajout au Règlement de l'immeuble ? Si oui, peut-on procéder par un vote majoritaire ou simplement par décision du Conseil d'Administration?
Vous devez vous identifier/inscrire pour lire cet article
Un récent jugement de la Cour du Québec, division des petites créances a sanctionné une société et un de ses administrateurs, qui agissait également comme courtier immobilier, pour ne pas avoir permis aux acheteurs de comprendre adéquatement un aspect important du bien vendu. L’immeuble construit en 1938 avait fait l’objet de travaux majeurs, en vue d’une conversion en copropriété de 4 unités. Selon les représentations de l’administrateur de la société, la toiture plate de l’immeuble avait encore une durée de vie utile de près de 7 ans. Aucune étude ne fut toutefois réalisée quant à son état et les caractéristiques de l’immeuble empêchaient les acheteurs d’en effectuer la vérification. De plus, les vendeurs ne possédaient aucune documentation concernant la dernière réfection à la toiture. Or, des infiltrations d’eau furent observées en 2017, en provenance de la toiture, occasionnant des fissures au plafond d’une des unités. Après avoir dénoncé la situation, des réparations et travaux sommaires furent effectués par le syndicat, qui réclamait indemnisation pour vices cachés, comme le lui permet l’article 1081 du Code civil du Québec, avec l’autorisation des copropriétaires, notamment en raison des représentations indument optimistes du représentant-vendeur.
Lire la suite
Recourir aux services d'un courtier immobilier n’est pas obligatoire. Cela dit, à moins d’être en mesure d’assumer vous-même l’achat et/ou la vente d’une fraction d’un immeuble détenu en copropriété divise, vous devriez faire appel à ce professionnel pendant vos démarches. Il faut savoir que le faire vous-même nécessitera un investissement colossal, en temps, ainsi que des connaissances pointues dans divers domaines. De plus, lorsque vous faites affaire avec un courtier immobilier pour l’achat, la vente ou la location d’une propriété, vous êtes protégé par la Loi sur le courtage immobilier.
Lire la suite
Une fois que vous avez trouvé l’appartement de vos rêves et en avez évalué son prix, vous pouvez dès lors envisager de faire une offre d’achat, que ce soit verbalement ou par écrit. Bien que l’option verbale soit valide sur le plan légal, mieux vaut l’officialiser par écrit. Sur cette question, la Loi sur le courtage immobilier et le Règlement sur les contrats et formulaires imposent une obligation, à savoir que tout courtier immobilier doit consigner, par écrit, la volonté de transaction immobilière qu’il orchestre entre deux parties.  
Lire la suite
Pour vous assurer d’acheter en toute connaissance de cause, votre vendeur doit être de bonne foi tout au long du processus de vente. À cet égard, l’article 1375 du Code civil du Québec impose un véritable code moral : « La bonne foi doit gouverner la conduite des parties, tant au moment de la naissance de l'obligation qu'à celui de son exécution ou de son extinction. » Le vendeur est ainsi tenu de vous communiquer, à titre d'acheteur, une information loyale et aussi complète que possible sur la nature et la qualité exacte du bien vendu. Cette obligation englobe toute l’information déterminante et pertinente concernant l’immeuble et la copropriété. Les renseignements à fournir portent autant sur la ou les partie(s) privative(s) concernée(s) que sur les parties communes de l'immeuble.
Lire la suite