Définition : Hypothèque (conventionnelle) immobilière - Cession des droits de vote d’un copropriétaire

Garantie additionnelle contenue dans un acte de prêt hypothécaire, par laquelle un copropriétaire se dessaisit, en faveur de son créancier, des droits de vote attachés à la fraction qu’il a hypothéquée. Ce droit n'est  généralement exercé par le créancier hypothécaire que si le copropriétaire est en défaut d’honorer ses obligations à son égard. Cette cession des droits de vote doit être dénoncée au syndicat de copropriétaires pour lui être opposable.

Articles liés


La loi stipule que le syndicat doit tenir un registre à la disposition des copropriétaires. L'article 342 du Code civil du Québec précise que le conseil d'administration tient la liste des membres, ainsi que les livres et registres nécessaires au bon fonctionnement de la personne morale.  Ce registre représente la mémoire et les archives de la copropriété. En ce sens, il a une valeur inestimable. Plus encore qu’un témoin de la saine gestion d’un immeuble, il en est l'outil par excellence. C’est pourquoi « conservation » et « accès » sont les mots clés de ce registre.  
Lire la suite
Rares sont les acheteurs qui paient leur condo d’un seul coup. Une grande majorité doit contracter un emprunt hypothécaire pour financer son achat. Mais quels sont les critères et conditions pour obtenir un prêt hypothécaire? Auprès de qui pourrez-vous le contracter? Les banques, les caisses populaires ou autres? Quelles sont les politiques en vigueur au sein des grandes institutions financières sur cette question? Et à l’intérieur de quelles limites pourrez-vous envisager le financement de votre nouvelle propriété?
Lire la suite
Tous les copropriétaires devraient prendre part aux assemblées, afin que l’assemblée puisse atteindre le quorum et par conséquent délibérer et décider. Lorsqu’un copropriétaire ne peut pas s'y rendre, il peut demander à la personne de son choix de le représenter. Le mandataire, c’est-à-dire celui qui reçoit la procuration n’est pas forcément un autre copropriétaire. Il peut s’agir d’une personne étrangère à la copropriété. Ce dernier pourra ainsi le représenter à cette assemblée et voter à sa place pour toutes les questions inscrites à l’ordre du jour.   Un écrit s’impose Le mandat tacite étant exclu, vous devrez remettre un écrit à un mandataire de votre choix, si vous souhaitez être représenté à l’assemblée. Celui-ci, qui vous représentera et votera à votre place pendant l’assemblée, peut être l’un des administrateurs de la copropriété (en sa qualité personnelle), un autre copropriétaire, voire un ami ou une personne totalement étrangère à la copropriété.
Lire la suite