Surfside : Est-ce qu’une tragédie similaire pourrait se produire sur le territoire québécois ?

13 juillet 2021 — L’avocat émérite et secrétaire général du Regroupement des gestionnaires et copropriétaires du Québec (RGCQ), Me Yves Joli-Coeur, a été reçu dans diverses tribunes médiatiques suite à l’effondrement de la tour Champlain située à Surfside en Floride. Selon Me Joli-Coeur, la société québécoise aurait tout intérêt à tirer leçon de cet événement, car elle n’est pas à l’abri d’une catastrophe similaire.

En effet, le vieillissement du parc immobilier québécois, dont la moyenne d’âge des immeubles en copropriété est de plus de 30 ans, requiert de faire effectuer régulièrement des travaux de maintien d’actifs. Me Joli-Coeur souligne toutefois qu’il n’existe actuellement aucun organisme de contrôle indépendant qui assure le suivi de ces travaux à être réalisés par le conseil d’administration du syndicat.

Par ailleurs, les malfaçons et les vices de construction sont des problématiques qui peuvent mettre en péril un bâtiment dès le départ. Actuellement, il n’existe « aucun contrôle de qualité qui est fait en inspection continue [pendant la construction]. C’est-à-dire que vous pouvez monter une tour de 60 étages et que personne ne va vous dire s’il y a assez d’armatures dans les colonnes ou pas. Il faut s’en remettre à l’entrepreneur. » indique Me Joli-Coeur

Pour écouter et lire les entrevues : 

Montréal, 13 juillet 2021