Blâmés pour avoir sauvé une vie

coproprietaire-syndicat-168.jpg1er novembre - Après avoir sauvé la vie d'un garçon de trois ans et demi, dont un bras est resté coincé pendant deux heures dans la bouche d'aération d'une piscine, un groupe de pompiers a fait l'objet d'une plainte pour dégradation.

L'histoire remonte au 23 août dernier: l'enfant barbotait dans la piscine d'une copropriété où il séjournait avec ses parents, dans les Alpes-Maritimes, en France. La bouche d'aération en question n'avait pas de bouchon, et comble de malheur, elle était en marche. Les pompiers ont d'abord vidé la piscine pour tenter de dégager le bambin, sans succès, car son bras était couvert d'oedèmes. Ils ont dû se résoudre à casser la margelle à l'aide d'un perforateur et d'une disqueuse, pour dégager le tuyau qui le maintenait captif.

Pendant les opérations, un copropriétaire a lancé à l'un des secouristes: "mais qui va payer pour les dégâts"? Le conseil syndical de la copropriété a finalement porté plainte aux autorités policières, le 10 septembre, pour pouvoir toucher les indemnités d'assurance. Pourtant, un simple compte-rendu d'intervention des pompiers aurait suffi à obtenir un remboursement. Le coût des travaux s'élevait à 1146 euros.

Montréal, le 1er novembre 2012

Source: Libération