Les condos dominent le paysage montréalais

20 mars 2019 — La copropriété est plus dominante que jamais dans l’agglomération de Montréal. Que ce soit dans les couronnes nord et sud, mais plus particulièrement dans l’île, le marché des condos est en pleine effervescence.

« En 2018, la part de marché de la copropriété atteignait 53 %, alors qu’elle était de 19 % en 2000 », révèle Yanick Desnoyers, directeur du service Analyse du marché à la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ).

 

 

Des tours à profusion

Les tours détenues en copropriété divise se sont multipliées au cours des dernières années, tandis que d’autres s’apprêtent à être construites. Mais selon l’économiste, la crainte d’une bulle immobilière n’est pas fondée. « La demande dépasse l’offre. Dans certains secteurs, comme au centre-ville, les inventaires s’écoulent en moins de quatre mois. »

Cette situation propulse les prix vers le haut. En 2018, le prix médian d’un condo se chiffrait à 310 000 $, en hausse de 5 %, selon les données colligées par la FCIQ.

L’avantage au vendeur

Tout cela fait en sorte que les vendeurs ont l’avantage. À preuve, ils peuvent recevoir jusqu’à quatre ou cinq offres pour leur propriété. On assiste donc à une surenchère des prix. Ce sont les propriétés des quartiers centraux de l’île qui affichent les plus fortes hausses.

Cette croissance des prix dans la métropole favorise l’étalement urbain. Sur la Rive-Sud, les ventes sont à la hausse (+5 %). Encore là, le marché du condo se démarque avec une augmentation de 27 % des ventes, comparativement à 5 % pour une unifamiliale.

Cela dit, la Rive-Sud reste abordable. Le prix médian d’un condo y est de 207 000 $, en hausse de 1 %. L’augmentation est plus marquée du côté des maisons unifamiliales, en raison de l’offre moins abondante (+6 % pour un prix médian de 318 000 $).

Pour lire l’intégralité de cette nouvelle, cliquer sur cet hyperlien.

Montréal, 20 mars 2019
Source: Le Journal de Montréal