Marie-Cécile BODÉÜS

Avocate associée chez de Grandpré Joli-Cœur, Me Marie-Cécile Bodéüs est diplômée en droit de l’Université de Montréal et membre du Barreau du Québec depuis 1997.

Dans le cadre de sa pratique, Me Bodéüs conseille et représente copropriétaires et syndicats de copropriété dans la résolution de conflits touchant différents aspects de la copropriété divise au Québec. Elle se spécialise dans la résolution des conflits sous toutes ses formes.

Halloween et copropriété

8 octobre 2016- Chacun de nous connait de près ou de loin quelqu’un qui a vécu ou qui vit encore une histoire d’horreur en copropriété. C’est la période de l’année où sortent du placard sorciers, squelettes et monstres de tout acabit. On ne peut penser à l’Halloween sans penser aux histoires d’horreur qui visent à nous faire peur et la multiplicité des films en ce sens qui apparaissent sur nos écrans pour les semaines précédant cette fête.

Cependant, dès le 1er novembre, ces monstres et vilains disparaîtront, chassés par les airs doucereux nous rappelant que nous entrons dans la période festive du temps des fêtes.

Si seulement cette magie opérait en copropriété! Frais exorbitants, travaux importants à effectuer, mauvais entretien de l’immeuble, administrateurs inactifs ou incompétents, pour n’en nommer que quelques uns.

Parmi tous les responsables de ces histoires d’horreur, le premier coupable est souvent… le copropriétaire qui fait preuve de la plus haute négligence.

Pour mieux expliquer ce propos, il suffit de procéder à une comparaison très simple entre l’achat d’une unité en copropriété et l’achat d’un téléphone cellulaire.

Si on regarde le prix d’achat, il n’y a aucune commune mesure entre les deux : le téléphone cellulaire coutera au plus quelques centaines de dollars tandis que l’achat d’une unité en copropriété se compte par centaine de milliers de dollars et est souvent l’achat le plus important de la vie d’une personne.

Les démarches pré-achat devraient donc tenir compte de cette différence de valeur. Est-ce le cas? Non. En effet, préalablement à l’achat d’un cellulaire, le futur utilisateur s’enquerra du coût des frais de réseau, du prix à la minute, l’étendue de la couverture, des garanties, des différentes fonctionnalités du téléphone etc..

Or, lorsqu’une personne s’apprête à acheter une unité en copropriété, mis à part la visite de l’unité comme telle, que fait-elle comme démarches? Malheureusement, elle en fait très peu. En effet, combien de copropriétaires avant l’achat ont vérifié les budgets, l’état du fonds de prévoyance ou la prévision de budgets dans le cas d’un immeuble neuf? Combien ont vérifié le registre de la copropriété pour connaitre les déficiences passées ou actuelles de la copropriété?

La négligence d’un copropriétaire ne s’arrête pas là. Quel est le premier réflexe d’un copropriétaire lorsqu’il devient propriétaire de son unité? C’est de confier ce bien si important dans les mains d’un administrateur bénévole qui n’a souvent aucune qualification professionnelle pour le faire.

Non seulement on confie son bien mais on s’intéresse très peu aux actions prises par ces administrateurs, c’est tout juste si on se déplace une fois par année pour l’assemblée générale des copropriétaires.

A t-on seulement vérifié les compétences de cette personne qui administre notre bien? Sait-on au moins comment elle s’appelle?

Alors qu’on n’hésite nullement à donner un chèque en blanc et mettre entre les mains d’un pur inconnu notre bien immobilier, on ne penserait cependant jamais à « abandonner » notre précieux cellulaire à un inconnu.

De grâce, chers copropriétaires, avant de vous plaindre, prenez vos responsabilités!

Personne ne vous oblige à acheter un immeuble neuf sans pouvoir consulter le budget établi par le promoteur ou encore le projet de déclaration de copropriété qui limitera vos droits à l’intérieur de votre unité. Vous ne devriez jamais acheter une unité sans avoir consulter ces documents.

Il en est de même pour les acheteurs de copropriétés non neuves. Aucun achat ne devrait être fait sans consulter la déclaration de copropriété, les règlements, les registres et pourquoi pas rencontrer vos futurs administrateurs?

Les médias ont fait grand cas des fraudes et des problèmes rencontrés par les investisseurs qui avaient remis entre les mains de personnes peu qualifiées leurs placements financiers, pourtant la situation est identique en copropriété.

Si les copropriétaires ou futurs copropriétaires prenaient leurs responsabilités, ce serait un grand premier pas pour que cessent les histoires d’horreur en copropriété…

Bon Halloween quand même!

 

Marie-Cécile Bodéüs, Avocate
DE GRANDPRÉ JOLI-COEUR
2000, avenue McGill College
Bureau 1600
Montréal (Québec)  H3A 3H3
Tél. : (514) 287-9535
Fax : (514) 499-0469
Courriel : m.c.bodeus@djclegal.com

Les chroniques expriment l’opinion personnelle de leurs auteurs et n’engagent absolument pas la responsabilité de l’éditeur du site, CondoLegal.com Inc. Le contenu et les avis émis dans une chronique n’engagent que leur auteur.

Retour aux chroniques