Problèmes de bruit? On peut vous aider

4 avril 2016 - Les copropriétaires sont souvent dérangés par des bruits des voisins tels la voix, le téléviseur, le système de son, un chien qui jappe…  Votre condo pourrait être mal insonorisé.

Depuis 1995, le Code national du bâtiment (CNB) règlemente la performance acoustique des parois, qu’elles soient un plancher/plafond ou une cloison mitoyenne.  La norme minimale est de FSTC 50 (Field Sound Transmission Class) (FITS en français), c’est-à-dire que, grossièrement, la cloison ou le plancher/plafond réduit d’environ 50 décibels le bruit en provenance d’un voisin.   Un expert en acoustique peut mesurer la performance acoustique de la paroi en question et rédiger un rapport officiel qui témoigne du résultat.  Plus la valeur FSTC est élevée, meilleure est la paroi.  On mesure habituellement entre FSTC 42 et 55 dans un condominium typique, alors que moins de 50 est illégal.  On mesure de FSTC 50 à 63 dans un condo dit « à insonorisation supérieure », alors que moins de 55 est inacceptable. 

Il arrive que, dans un condominium respectant la norme du CNB, les bruits en provenance d’appareils mécaniques comme un ventilateur ou un climatiseur se font entendre.  Il existe alors un règlement à Montréal qui limite les niveaux de bruit produits selon la période du jour et selon la pièce de l’unité où la mesure est effectuée.  Par exemple, la limite est de 38 décibels dans une chambre à coucher, en période de nuit.  Après avoir fait un ou des relevés sonores et identifié la source de bruit, le spécialiste en acoustique émet un rapport officiel. 

Les bruits de pas, de déplacements de chaises ou meubles et d’objets échappés par terre sont des bruits d’impacts, qui prennent naissance dans la structure, soit le plancher.  L’isolation acoustique à ces types de bruit n’est pas règlementée.  Il existe par contre une recommandation du CNB de FIIC 55 (Field Impact Isolation Class).  Certains copropriétaires nous font tout de même intervenir car il est possible de prouver, à l’aide d’une mesure acoustique, qu’un plancher ne comporte pas une membrane insonorisante, soit une pratique commune en construction depuis une quinzaine d’années. 

Dans tous les cas de litige, le technicien ou l’ingénieur en acoustique peut agir à titre de témoin en cour. 

Michel Leduc, M Sc A
Acousticien

514-944-4808

Les chroniques expriment l’opinion personnelle de leurs auteurs et n’engagent absolument pas la responsabilité de l’éditeur du site, CondoLegal.com Inc. Le contenu et les avis émis dans une chronique n’engagent que leur auteur.

Retour aux chroniques