Jocelyn BÉDARD

Jocelyn Bédard est vice-président et cofondateur du Groupe Fenestra. Expert en scellement d’enveloppes de bâtiments, il excelle également dans l’amélioration des performances d’origine d’une fenêtre qui a fait l'objet d'une réparation. Doté d’un esprit inventif et apte à solutionner des problématiques complexes, Jocelyn Bédard imagine, dessine et crée diverses composantes visant à accroître les performances énergétiques d’une fenêtre.

Ex-pilote d’hélicoptère affecté aux feux de forêts dans le Nord-du-Québec, il est formé comme technologue dans diverses disciplines, entre autres en mécanique, en vitrerie et en serrurerie, et il a reçu plusieurs formations sur les mouvements d'air dans les bâtiments. Il comprend et maîtrise la compartimentation d'un édifice, afin d'éviter le phénomène appelé effet de cheminée. Jocelyn Bédard est aussi directeur de la recherche et du développement (R&D) chez Groupe Fenestra, en plus d'être responsable des questions touchant le scellement des enveloppes de bâtiments.

Vaincre la condensation

26 mars 2015- Quand le Groupe Fenestra remet à niveau les fenêtres d’un immeuble détenu en copropriété, ses préposés procèdent également au scellement de son enveloppe, ce qui implique entre autres le calfeutrage des joints et des murs. Cela rend chaque appartement beaucoup plus hermétique, ce qui procure un meilleur contrôle des mouvements d’air et de la température ambiante, en raison d’infiltrations et d’exfiltrations d’air réduites au minimum.

 

 

Trop étanches

La trop grande étanchéité d’un bâtiment a néanmoins ses effets pervers, car elle empêche les échanges d’air entre l’intérieur et l’extérieur. À titre d’exemple, les immeubles qui rencontrent les normes R 2000 et Novoclimat sont si étanches qu’ils doivent, impérativement, être équipés d’un échangeur d’air, question de maintenir un taux d’humidité relative adéquat et permettre un apport d’air frais.

Cela dit, des fenêtres qui condensent sont un signe que l’appartement dans lequel vous vivez manque d’aération, mais ne veut surtout pas dire qu’elles ne sont plus bonnes. En fait, cette condensation indique que le niveau d’humidité dans une pièce est trop élevé, par le fait d’un problème relatif à la qualité de l’air qui s’y trouve.

Comprendre la condensation

Des fenêtres poreuses laissent entrer une grande quantité d’air en provenance de l’extérieur, ce qui abaisse substantiellement le niveau d’humidité à l’intérieur. En revanche, celles qui sont  parfaitement étanches contribuent à emprisonner l’humidité. La condensation risque dès lors d’apparaître, ce qui se traduira par le dépôt d’air chaud et humide sur le verre froid des fenêtres, spécialement l’hiver.

Comment vaincre la condensation

L’utilisation d’un déshumidificateur est une option valable pour éliminer l’humidité. S’assurer que la hotte de la cuisine fonctionne bien, et que son débit permette d’évacuer l’air vicié est une autre solution. La salle de bain devrait, pour sa part, être munie d’un ventilateur extracteur efficace. Autre aspect non négligeable : veiller à ce que la ventilation pressurisation de l’immeuble est optimale, et ce, 24 heures sur 24.

Vaincre la condensation passe, également, par la suppression des coupe-froid ceinturant les portes d’entrées d’appartements. Il faut savoir que l’air pressurisé dans les corridors émane du toit. Cet air provenant du toit représente une excellente source en alimentation d’air frais. Les bâtiments sont tous conçus pour favoriser cet apport en air neuf. Il faudrait aussi veiller à ce que les conduits de sèche-linge sont bien nettoyés, qu’ils ne sont pas troués, et que l’extracteur d’air situé sur la toiture est fonctionnel en état de marche.

Par ailleurs, faire tourner le ventilateur d’une salle de bain est primordial si vous y prenez une douche. De même, il est capital d’activer les ventilateurs de cuisine pendant la cuisson d’aliments, et de les laisser tourner pendant un certain temps, et ce, même après avoir éteint la cuisinière.

À propos de la condensation, voici quelques informations recueillies sur le portail de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL):

Problèmes d'humidité et de qualité de l'air

La production d’humidité est constante à la maison : de 10 à 50 litres (2 à 10 gallons) par jour. Au cours d’une période de chauffage de 200 jours, lorsque les portes et les fenêtres sont fermées, de 2 000 à 10 000 L (400 à 2 000 gal) d’humidité peuvent y être emprisonnés. Une corde de bois stockée dans une maison, par exemple, peut libérer plus de 270 L d’humidité. La présence excessive d’humidité peut causer des problèmes d’humidité et de condensation, qui peuvent à leur tour entraîner des problèmes de qualité de l’air.

Humidité 

La maison peut déjà présenter un problème d'humidité qui doit être repéré et réglé. Les travaux d'amélioration de l’enveloppe peuvent accroître ce taux d'humidité dans le bâtiment.

De la condensation (eau) peut se former sur les vitrages si on laisse les rideaux et stores fermés. Cette condensation risque de mouiller et d’endommager les cadrages de fenêtres et les surfaces avoisinantes. Épongez le plus tôt possible toute condensation qui se forme sur le vitrage des fenêtres, et évitez de garder les rideaux fermés pendant des périodes prolongées. Essayez de faire fonctionner plus longtemps vos ventilateurs de cuisine et de salle de bains. Ne fermez pas les rideaux si la condensation devient un problème persistant.

 

Pour en savoir plus sur le sujet: SCHL

 

Jocelyn Bédard/Groupe Fenestra

Tél: 514 993-3333

www.groupefenestra.com

Les chroniques expriment l’opinion personnelle de leurs auteurs et n’engagent absolument pas la responsabilité de l’éditeur du site, CondoLegal.com Inc. Le contenu et les avis émis dans une chronique n’engagent que leur auteur.

Retour aux chroniques