Georges FALLAH

Architecte depuis 24 ans, M. Fallah a fait ses études à l'Université Laval de Québec pour l'obtention de son diplôme. Il est membre de l'Ordre des Architectes du Québec (OAQ) depuis 1989.

Infiltrations d'eau

16 août 2010- Souvent insidieuses, les infiltrations d’eau sont récurrentes depuis déjà un certain temps avant qu’on ne remarque leur présence.  Elles peuvent survenir lors de conditions climatiques très spécifiques et l’infiltration peut se produire qu’une seule fois sur une longue période pouvant s’étendre à plusieurs années car tous les facteurs s’unissaient, à ce moment-là, pour que l’eau s’infiltre.

Il faut que les occupants des lieux soient sensibilisés au fait que les infiltrations d’eau ne se limitent pas à des dégâts apparents qui surviennent après de très fortes pluies par exemple.  Il faut porter attention à certains éléments de votre logis qui peuvent cacher des infiltrations d’eau récurrentes; pas nécessairement de grandes quantités d’eau mais de petites quantités qui s’infiltrent sans que puisse survenir l’assèchement.

Prenons l’exemple de longues tentures habillant une fenêtre; bien peu de gens les déplace pour regarder l’état des murs qui se cachent derrière elles.  Pourtant, il arrive souvent que la finition des murs soit altérée derrière ces éléments et lorsqu’on s’en rend compte, le problème est là depuis un bon moment.

Notez que les tentures très longues qui couvrent les plinthes chauffantes ont 2 aspects très négatifs; premièrement, elles peuvent être endommagées à cause de la chaleur dégagée par la plinthe qui devient en surchauffe puisque l’air chaud ne peut se répandre dans toute la pièce.  La deuxième répercussion s’explique par le fait que la chaleur, par convection, monte vers le haut puisqu’elle est plus légère que l’air froid.  Lorsque les tentures ou des stores fermés bloquent l’apport d’air chaud vers la fenêtre, il y a inévitablement formation de condensation et cela, peu importe le degré de performance des fenêtres.  Vous observerez donc la formation de condensation et de glace par temps très froid.  Lorsque la glace fond, que trop de condensation s’est formée, l’eau s’égoutte et endommage la finition du cadrage des fenêtres et des murs.  Il est donc important de réagir en éloignant les tentures des plinthes chauffantes ou en les coupant au-dessus de la plinthe chauffante et en les ouvrant durant le jour.  Quant aux stores, durant la nuit, si cela est possible, laisser un espacement de quelques centimètres à la base en permettant à l’air chaud d’atteindre la fenêtre.

Les altérations de la finition les plus fréquentes que nous puissions observées se retrouvent dans les salles de bain.  Les exfiltrations d’eau par des interstices de la douche, des joints d’étanchéité trop souvent en mauvais état sont les sources majeures d’altération de la finition dans les salles de bain.  Cette humidité récurrente est le nid idéal pour le développement des moisissures.  En prévention : vérifier l’état des joints d’étanchéité de la douche et du bain régulièrement et les remplacer au besoin. Et surtout, assurer une ventilation adéquate de la salle de bain par le fonctionnement de l’extracteur d’humidité, s’il est présent, et en laissant la porte ouverte pour que l’assèchement se fasse beaucoup plus rapidement, plus particulièrement après la douche.

 

Georges Fallah, Architecte
Membre de l’Ordre des Architectes du Québec (MOAQ)
Président de G.A.P.Immeubles inc
Tél. : (450) 478-8807
Fax : (450) 478-4932
Courriel : g.a.p.immeubles@videotron.ca

Les chroniques expriment l’opinion personnelle de leurs auteurs et n’engagent absolument pas la responsabilité de l’éditeur du site, CondoLegal.com Inc. Le contenu et les avis émis dans une chronique n’engagent que leur auteur.

Retour aux chroniques