Une tour qui dérange

14 octobre 2017 — Plusieurs résidents de Cap-Rouge devront composer avec une nouvelle copropriété dans leur voisinage immédiat. Mais l’immeuble actuellement en construction dérange, en raison de sa taille jugée démesurée pour un quartier résidentiel.

Le projet comptera 65 appartements répartis sur sept étages, à l’angle des rues Saint-Félix et des Maires Lessard. Le concept irrite plusieurs personnes vivant dans le secteur, qui craignent que leur qualité de vie soit compromise.

Manon Bolduc avait une longue haie de cèdres de 94 pieds sur son terrain. « Elle a été détruite sans permission. Mon terrain a été grugé sur toute sa longueur. Même mon stationnement a été affecté par la construction », se plaint-elle.   

Représentations

Mme Bolduc et d’autres citoyens ont multiplié les représentations auprès des instances de la Ville de Québec. L’objectif : faire diminuer le nombre d’étages du projet en construction. Malgré un avis favorable à leurs demandes par le conseil de quartier, en 2014, la hauteur initiale de 20 mètres a néanmoins été retenue.

« On disait que c’était résidentiel, qu’il n’y avait pas de trottoirs et que c’était une petite rue. On avait réussi à démontrer que le projet était trop gros. Le conseil de quartier était favorable, mais ça n’a pas été écouté. » Nicolas Lessard partage l’avis de sa voisine. Il considère que le projet a été mal expliqué. Cette tour est située trop près des résidences existantes. Et elle est beaucoup trop grosse pour cette petite rue, insiste-t-elle.

Le projet défendu

Interpellé à ce sujet, le président de l’arrondissement Sainte-Foy-Sillery-Cap-Rouge, Rémy Normand, estime pour sa part qu’il s’agit du meilleur compromis entre le zonage existant et le projet initial présenté par le promoteur.

« On ne pouvait pas aller plus bas que 20 mètres, malgré les représentations qui ont été faites, parce que ça aurait rendu deux autres copropriétés (situées à proximité) dérogatoires. Les impacts sur la circulation seront mineurs. Quant au chantier, par définition, ça crée des inconvénients », dit-il. Le promoteur, Guy St-Gelais, de Développement Beaubourg, n’a pas souhaité commenter la situation.

Montréal, 14 octobre 2017
Source : Radio-Canada