Tour Grenfell: négligence criminelle?

23 juin 2017 — Les autorités policières britanniques n'écartent pas la possibilité d'intenter des poursuites pour homicide, en rapport avec l’incendie meurtrier qui a fait rage dans la tour Grenfell, à Londres, dans la nuit du 13 au 14 juin dernier. Le feu a pris naissance dans le congélateur d’un réfrigérateur.

« Les enquêteurs se penchent sur toutes les infractions possibles qui toucheraient la santé, la sécurité et la sécurité incendie », a déclaré Fiona McCormack, coresponsable de la police scientifique à Londres. On y passera au crible l’ensemble des entreprises qui ont construit et rénové cette tour.

« Nous examinerons aussi la manière dont le revêtement de la façade a été installé », a ajouté Fiona McCormack. Celui-ci était constitué de polyéthylène (plastique) enchâssé entre deux couches d’aluminium. Celles-ci mesuraient environ 4 millimètres d’épaisseur, selon ce qu’a expliqué la société Harley Facade, qui les a installées.

Rappelons que la tour Grenfell, qui abritait des logements sociaux sur 24 étages, a été ravagée la semaine dernière par un violent incendie. Le sinistre a fait au moins 79 morts ou disparus (présumés morts). Cet incendie n'est pas sans rappeler qu'en copropriété, au Québec, l'installation de foyers ou de cheminées non-conformes peuvent être à l'origine d'un incendie. Le Chapitre bâtiment du Code de sécurité, qui est entré en vigueur le 18 mars 2013, a édicté une série d'exigences en matière de sécurité incendie.

Montréal, 23 juin 2017
Source : Agence France-Presse