Reprendre son immeuble en main

24 mai 2017 — La plupart des copropriétaires québécois ignorent comment leur immeuble a été construit. S’il comporte des vices de construction ou de conception, des malfaçons ou un déficit d’entretien, plusieurs problèmes risquent d’apparaître à court et moyen terme.

Les signes qu’un bâtiment présente des anomalies ne trompent pas : fissures, briques qui tombent de la façade et infiltration d’eau figurent, sans l’ombre d’un doute, parmi les symptômes les plus courants.

Les conséquences peuvent être désastreuses pour un syndicat de copropriétaires, à plus forte raison si le Plan de garantie dont il dispose est arrivé à échéance. Lorsqu’une collectivité de copropriétaires doit faire face à ce genre d’adversité, il doit se poser les bonnes questions et réagir efficacement, afin d’éviter que la situation s’aggrave.

Le prochain Speed Condo du RGCQ, qui sera présenté le 6 juin prochain, apprendra à ses participants à poser les bons gestes pour redresser la barre. Mais avant toute chose, il faudra trouver l’origine des problèmes, identifier ses responsables, savoir comment les corriger et les financer, et user des recours disponibles qui s’imposent.    

Ce Speed-Condo aura lieu au 1073 Chemin des Anglais, à Mascouche. Pour en savoir davantage à propos de cet événement et s'y inscrire, cliquer sur cet hyperlien.

Montréal, 24 mai 2017
Par François G. Cellier pour Condolegal.com