Comment créer un aménagement paysager sécuritaire

8 juillet 2019 — L’aménagement paysager comporte des pièges potentiels pour tout syndicat de copropriétaires. Il faut savoir quoi faire en cette matière, afin d’éviter une possible catastrophe dont les répercussions pourraient être dramatiques.

Une question fondamentale se pose avant d’investir les terrains communs d’une copropriété, afin d’y planter des arbres, des arbustes, des fleurs et autres végétaux. Est-ce que le sol est approprié pour ce faire? Est-il glaiseux, et sera-t-il possible d’y cultiver les familles de végétaux souhaitées?

Vérifier l’état du sol

S’il faut creuser quelques pieds dans la terre, il faudra alors vérifier la possible présence d’une entrée de gaz, de tuyaux ou d’un toit-terrasse qui abriterait un stationnement souterrain. Celui-ci est constitué d’une dalle en béton. Or, planter un arbre au-dessus de cette dalle pourrait endommager sa membrane d’étanchéité, en raison des racines qui finiraient par proliférer et s’enfoncer profondément dans le sol.

L’épaisseur de terre en surplomb d’une dalle peut varier de 12 à 18 pouces, ce qui est très peu. Pour surmonter ce problème, un syndicat pourrait être tenté d’en ajouter une ou deux couches supplémentaires, ce qui pourrait conduire à un désastre, car le toit-terrasse se trouverait à supporter une charge supérieure à sa capacité. Par conséquent, les risques d’effondrement seraient imminents.

L’ABC de la botanique

Pour créer un jardin harmonieux, il faut aussi connaître la botanique, ou à tout le moins s’associer à des experts en ce domaine, car certains végétaux sont fortement déconseillés au Québec, voire interdits.

Parmi ceux qui sont prohibés figurent les peupliers, les saules, les sapins baumiers et les grands pins blancs et rouges. Le frêne est pour sa part déconseillé, car il peut être envahi par l’agrile du frêne, un insecte originaire d’Asie reconnu pour lui causer de sérieux préjudices, voire la mort.

L’irrigation

L’irrigation des sols est une autre donnée importante. Il faudra y installer des gicleurs pour assurer un arrosage adéquat. Les fleurs entreposées dans des boîtes doivent également être irriguées à intervalles réguliers. Par ailleurs, il faudra identifier celles qui sont conçues pour survivre à l’ombre ou à la lumière.

Les copropriétés dotées d’un aménagement paysager luxuriant contribueront, fort certainement, à rehausser la valeur de l’immeuble et des condos qui s’y trouvent. Les éventuels acheteurs seront plus nombreux à vouloir y acquérir un condo, en raison d’une végétation créée de toutes pièces, et dont l’attrait serait indéniable.

Par François G. Cellier pour Condolegal.com
Lundi 8 juillet 2019