Après avoir acheté un condo, assurez-vous de pouvoir y entrer

11 septembre 2018 — Acheter un condo nécessite plusieurs vérifications préalables à faire, mais aussi d’avoir prévu les démarches utiles et nécessaires après son acquisition. Le premier geste à poser, en pareille circonstance, consiste à prévenir le syndicat de copropriétaires concerné.

L’avocate et chroniqueuse au cabinet de Grandpré Joli-Cœur, Marie-Cécile Bodéüs, raconte avoir déjà vu des personnes se voir refuser l’accès à leur nouveau condo, parce que le syndicat n’avait jamais entendu parler d’eux. Plusieurs syndicats sont d’autant plus méfiants à l’égard des inconnus, de nos jours, en raison du phénomène propre à la location à court terme de type Airbnb.

L’avocat émérite et secrétaire général du RGCQ, Yves Joli-Cœur, précise « Qu’il faut également demander au syndicat où les déménageurs peuvent garer leur camion. Certaines copropriétés vont contacter leur département affecté à la sécurité des lieux, advenant qu’un véhicule bloque l’entrée qui donne accès à l’immeuble », affirmait-il récemment au quotidien The Gazette.

Contacter son syndicat avant d’arriver peut être fort utile à plus d’un titre, notamment parce qu’un certain nombre d’entre eux font un suivi des clés, qui doivent être reconfigurées pour chaque nouvel arrivant. Ne pas prendre cette précaution pourrait avoir des conséquences fâcheuses.

Toujours selon Yves Joli-Coeur, avoir une attitude respectueuse dès son arrivée dans une copropriété est impératif, car ne pas observer les règles établies envoie un mauvais signal à un syndicat. On n’a jamais une deuxième chance de faire bonne impression, dit un vieux proverbe. Or, la clé pour être aimé des autres dans un immeuble repose, entre autres, sur le respect des conventions.

Pour en savoir plus sur la vie en copropriété, Condolegal.com suggère la lecture du livre intitulé Le condo Tout ce qu’il faut savoir, coécrit par les avocats Yves Joli-Coeur et Yves Papineau, ainsi que André Benoît, conseiller en gestion.

Montréal, 11 septembre 2018
Par François G. Cellier pour Condolegal.com et The Gazette