Richard LECOUFFE

Avocat depuis plus de 40 ans, Richard LeCouffe est diplômé d’une licence en droit (LL.L.) de l’Université de Montréal en 1974. Il est membre du Barreau du Québec depuis 1976.

Me LeCouffe a surtout œuvré dans les domaines du droit de l’emploi et du travail, et du droit administratif. Il a plaidé devant divers arbitres de griefs et tribunaux administratifs du Québec, en plus d’agir comme porte-parole lors de nombreuses négociations de conventions collectives.

Il a également rédigé plusieurs articles se rapportant à la copropriété divise, en plus de collaborer à la rédaction de divers ouvrages, mémoires et textes de conférences en la matière.

Me Richard LeCouffe agit comme conseil au sein du cabinet Therrien Couture Joli-Coeur.

Ne pas ménager la sécurité et l’entretien ménager…

3 avril 2020 - La période de pandémie commande que les syndicats de copropriétaires prennent des mesures accrues pour assurer l’entretien ménager et la sécurité dans les parties communes des immeubles. Quelques gestionnaires et administrateurs m’ont contacté, ces derniers jours, alors que des copropriétaires les incitaient à licencier les gardiens de sécurité, sous prétexte que leurs salaires étaient devenus à leurs yeux des dépenses inutiles, en ces temps difficiles.

Au risque de déplaire à ces copropriétaires, je réponds que non seulement vos préposés à l’entretien ménager, concierges et gardiens de sécurité sont indispensables, il faut les considérer comme les « anges gardiens » de votre immeuble et ses occupants. Ce n’est pas le temps de couper leurs heures de travail. Ils constituent votre main-d’œuvre attitrée à la prévention, la sécurité et la salubrité des espaces communs, en vue d’empêcher l’arrivée et la propagation du coronavirus dans votre immeuble.

Bien sûr, pour ce faire on commence par le respect des directives émises par les autorités gouvernementales, notamment la distanciation sociale, par tous les copropriétaires et occupants. Les portiers et gardiens sont là pour contrôler, voire interdire l’accès à l’immeuble, en plus de servir de relais pour propager les mesures d’isolement à respecter. Vous pouvez instaurer une politique restreignant les allées et venues, l’utilisation de l’ascenseur ou relative à la gestion des ordures et du recyclage. Mais on doit aussi et surtout s’assurer de désinfecter les zones et objets à risque, dans les parties communes.

Votre personnel d’entretien ménager portera une attention particulière aux portes d’entrées, poignées, rampes d’escalier, commutateurs, comptoirs de la réception, boutons d’ascenseur, poignée de chute à déchets, bacs de recyclage et, de façon générale, tout ce qui peut être à portée de main. Plusieurs fois par jour, au besoin, surtout dans les grosses copropriétés, où certaines zones sont plus fréquentées.

Fournissez gants et équipements de nettoyage appropriés. Ne lésinez pas sur les produits. Ils devront également pouvoir se laver fréquemment les mains, à l’eau tiède et savon, à défaut avec du désinfectant à base d’alcool. La crise actuelle donne l’occasion de reconnaître la valeur et l’importance du travail de ces employés.

 

Richard, Lecouffe, avocat

Les chroniques expriment l’opinion personnelle de leurs auteurs et n’engagent absolument pas la responsabilité de l’éditeur du site, CondoLegal.com Inc. Le contenu et les avis émis dans une chronique n’engagent que leur auteur.