Un syndicat aux prises avec un promoteur qui loue des unités sur Airbnb

9 août 2019 - Un promoteur de la région d’Halifax a conservé quelque 35 des 88 logements d’une copropriété, afin de les louer à court terme sur des plateformes de type Airbnb. Or, le syndicat des copropriétaires de l’édifice baptisé Anchorage contestent cette activité devant les tribunaux.

Les copropriétaires qui ont acheté un appartement dans cet immeuble voudraient que cessent ces locations.

Protéger son statut et ses valeurs  

Dans le procès-verbal (obtenu par Radio-Canada) d'une réunion du CA de la copropriété, qui se déroulait en août 2018, on pouvait lire que les propriétaires souhaitaient protéger le statut et la valeur de leur propriété. Selon ce document, quatorze logements étaient annoncés sur la plateforme Airbnb. La majorité des unités sont offertes par le promoteur, mais plusieurs copropriétaires annoncent également la leur sur Airbnb.

Le procès-verbal d’une autre réunion tenue en mai 2019 décrivait, cette fois, « un échange acrimonieux » concernant la location à court terme entre les membres du CA. Quant au promoteur, il refuse de parler du contenu du procès-verbal, affirmant « qu'il s'agit d'un document confidentiel. Nous ne ferons aucun commentaire, car l'arbitrage est un processus confidentiel », explique dans un courriel Laurie Coring, la directrice du marketing de l'entreprise. En Nouvelle-Écosse, les différends impliquant des propriétaires de logements en copropriété peuvent être soumis à l'arbitrage. Tout comme au Québec d’ailleurs.

Plusieurs propriétaires de la région d'Halifax tentent de limiter la présence d'Airbnb dans leur immeuble. Ils affirment que la location de résidences à court terme cause de plus en plus de problèmes dans leur voisinage.

Montréal, 9 août 2019
Source : Radio-Canada