Montréal imposera des avertisseurs de fumée à pile inamovible

19 juin 2019 - Les avertisseurs de fumée munis d’une pile de 9 volts sont révolus à Montréal. La métropole obligera, à partir du 20 juin, qu’ils soient remplacés par des appareils équipés d’une pile au lithium inamovible, dont la durée de vie est de 10 ans. Cette nouvelle règle vise les bâtiments construits avant 1985.

Un délai de grâce sera accordé jusqu’en juin 2020, afin que les personnes concernées puissent procéder aux changements exigés. Les retardataires se verront imposer des amendes allant jusqu’à 250 $ par logement, et jusqu’à 500 $ en cas de récidive. Précisons que ce délai supplémentaire n’est valable que pour les personnes déjà dotées d’un avertisseur alimenté à une pile de 9 volts.

 

Avertisseurs électriques

Quant aux bâtiments construits après 1985, ils doivent être munis d’avertisseurs de fumée reliés à un réseau électrique. Il est recommandé d’opter pour un appareil qui fonctionne également à pile, afin de pallier les pannes électriques. Rappelons que le Service de sécurité incendie de Montréal oblige l’installation d’avertisseurs de fumée.

Par ailleurs, tout avertisseur devrait être certifié par Les laboratoires des assureurs du Canada (ULC), un organisme de normalisation reconnu. Quant au logo CSA, qui est très souvent présent lui aussi, il indique que certaines composantes du produit ont été fabriquées dans le respect des normes de CSA International.

Choisir le bon appareil

Deux types d’avertisseurs de fumée sont disponibles sur le marché : ceux a ionisation (ioniques), qui sont mieux adaptés aux endroits où logent des substances ou des matériaux fortement combustibles (ex. : graisses de cuisson, liquides inflammables et solutions nettoyantes). Ces appareils réagissent rapidement aux incendies d’une grande intensité.

L’autre type d’avertisseur est celui à cellule photoélectrique (optique), qui réagit aux incendies possiblement causés par une cigarette qui brûle sur du textile, par exemple un divan. Son principal avantage : il est moins sujet aux alarmes intempestives, lesquelles peuvent survenir près d’une cuisine ou d’une salle de bain.

Montréal, 19 juin 2019
Source : La Presse + Service de sécurité incendie de Montréal