Claude Paquette

Claude-Paquette_petitCourtier en assurance dommages et conseiller en sécurité financière depuis plus de 29 ans, Claude Paquette a occupé divers postes de direction au sein de la compagnie Allstate du Canada durant près de 26 ans. 

En 2010, voulant relever de nouveaux défis,  il s’associe à Invessa assurances et services financiers (membre de la F.C.A.I.Q). Depuis, il concentre ses efforts à développer une expertise spécialisée en assurance pour les Syndicats de copropriété.

Un bien bon Jack

228-assurances-condo-syndicat19 février 2013- Les "bons Jack" sont bien connus des compagnies d’assurance. Ces individus sont référés par le beau-frère d’un voisin ou le gendre d’un cousin éloigné. Ils peuvent vous installer un chauffe-eau en un tournemain, disent-ils. Pourquoi payer plus cher, alors qu’une bonne affaire vous permettra d’économiser gros? Après tout, il ne s’agit que d’un chauffe-eau. Les appareils suggérés sont souvent de piètre qualité, ce que vous ne savez pas la plupart du temps, ils coûtent moins cher à l’achat et sont installés à un prix d’ami.

Les bons Jack sévissent dans plusieurs copropriétés québécoises, dont une que je représente en tant que courtier en assurance de dommages. L’un d’eux y a un jour livré un chauffe-eau dans une unité de condo, après l’avoir transporté dans une remorque artisanale. Malmené du rez-de-chaussée au troisième étage,  où se trouvait l’appartement, l’appareil a probablement subi des dommages au point de ne plus être parfaitement fonctionnel, s’il n’était pas déjà défectueux.

Le bon Jack a installé le chauffe-eau, puis a ensuite raccordé les tuyaux aux mauvais endroits. Résultat : le réservoir perdait un litre d’eau par semaine. Après une année d’écoulement sans que personne ne s’en aperçoive, d’importants dommages ont été causés aux murs du bâtiment, entraînant des moisissures et de la pourriture. Ce chauffe-eau a non seulement été mal installé, il n’était pas équipé d’un bac de rétention d’eau, ne comportait ni drain d’écoulement, ni détecteur de fuites qui aurait pu sonner l’alarme.

L’assureur refuse de payer

Sachez qu’en pareille situation, l’assureur ne couvrira pas le sinistre. Par définition, un événement assurable doit être fortuit et occasionner des dommages matériels immédiats. Dans ce cas-ci, les dégâts ont été « graduels ». Le syndicat a donc dû débourser plusieurs milliers $ de sa poche, au moyen d'un appel de charges adressé à tous les copropriétaires.

Ce qui m’amène à vous faire la recommandation suivante : n’hésitez pas à faire installer votre chauffe-eau par des professionnels. Si le travail est mal fait, vous pourrez les en aviser pour qu’ils reviennent corriger la situation, voire leur réclamer des frais inhérents à un sinistre dont ils seraient responsables. En terminant, n’oubliez pas qu’un chauffe-eau dure en moyenne 12 ans, à moins que vous ayez acheté un produit bas de gamme. Quoi qu’il en soit, n’hésitez pas à le remplacer passé ce délai, autrement, vous multiplierez les risques qu’un dégât d’eau ne survienne dans votre copropriété.

Pour en savoir plus :

Claude Paquette | Conseiller en sécurité Financière, Courtier en assurance de dommages
Tél. : 450.781.6561, poste 257 | 1.800.561.6560 | Fax : 450.781.4851 | Cell. : 514.497.6922
225, Promenade du Centropolis, bureau 220, Laval (Québec) H7T 0B3
www.invessa.com |monassurancecondo.com claude.paquette@invessa.com

 

Les chroniques expriment l’opinion personnelle de leurs auteurs et n’engagent absolument pas la responsabilité de l’éditeur du site, CondoLegal.com Inc. Le contenu et les avis émis dans une chronique n’engagent que leur auteur.

Retour aux chroniques