Les primes d’assurance de certaines copropriétés explosent en Alberta

12 décembre — Le coût des primes d’assurance a fait un bond spectaculaire dans plusieurs copropriétés albertaines, ces dernières années, notamment à Calgary, à Edmonton et à Fort McMurray. Les syndicats de copropriétaires québécois ne sont donc pas les seuls à faire face à ce phénomène endémique. 

Ryan Chernesky est propriétaire de deux unités dans une copropriété située à Fort McMurray, où un gigantesque feu de forêt s’est déclaré, le 1ᵉʳ mai 2016, dans la municipalité régionale de Wood Buffalo (Alberta). Chernesky, qui est membre du conseil d’administration de son syndicat, a déclaré que la prime pour l’immeuble était d’environ 51 000 $ l’année dernière.

L’assureur refuse de renouveler le contrat

Mais l’assureur n’a pas voulu renouveler le contrat. Seulement deux autres compagnies d’assurance étaient prêtes à prendre le risque. La soumission la plus basse était d’environ 402 000 $, ce qui représentait une augmentation de prime de 690 %.

« Nous faisons face à une véritable crise en ce moment, parce que nos frais de condos augmentent considérablement en raison des primes élevées. Je n’avais jamais vu une telle augmentation auparavant », d’ajouter Ryan Chernesky. Ces montants astronomiques ont fait grimper les frais de condo à 311 $ additionnels, mensuellement. La situation ne sera donc pas viable, à moyen et long terme, pour la plupart des copropriétaires vivant dans l’immeuble.

Rentabilité fortement hypothéquée

Les compagnies d’assurance affirment que cette situation est entre autres liée aux incendies majeurs, à Fort McMurray, si bien que le risque assurable s’est passablement accru depuis 2016.

Pour sa part, le Bureau d’assurance du Canada a déclaré que contrairement à l’assurance automobile, il n’y a aucun plafond pour les primes d’assurance en copropriété. Les assureurs n’ont donc pas besoin d’une autorisation pour augmenter leurs primes, parce que le gouvernement albertain ne l’oblige pas.

Incendies et dégâts d’eau

Robert Noce, avocat en droit de la copropriété chez Miller Thomson LLP, dit avoir entendu parler de ces augmentations de primes. Outre les motifs précités pour les expliquer, il a également fait état de réclamations, en copropriété, notamment pour des chutes d’escaliers glacés et des dégâts d’eau.

Quant au ministre du Trésor albertain, Travis Toews, il assure que la province est consciente du problème. « À l’heure actuelle, nous communiquons avec les assureurs pour qu’ils proposent toutes les solutions possibles à leurs clients, afin d’atténuer ces augmentations de primes dans la mesure du possible », a-t-il conclu.

Montréal, 10 décembre 2019
Source : Global News