Ginette ALLARD

Ginette Allard a 35 années d’expérience en notariat. Elle exerce dans différents domaines du droit, principalement celui de la copropriété, et a établi une relation d’affaires fidèle avec sa clientèle, fondée sur la qualité de ses services.

En 2008, elle se joint au cabinet de Grandpré Joli-Cœur et exerce depuis une pratique spécialisée en copropriété divise et indivise, et en droit immobilier. Elle offre aux promoteurs et aux particuliers l’élaboration juridique complète de leurs projets immobiliers, clé en main ou selon des besoins spécifiques. Ses services comprennent le financement du projet, la préparation d’offres d’achat, la rédaction de déclarations de copropriété uniques ou par phases, les ventes et financements aux acheteurs et autres besoins juridiques connexes. Ces mêmes services sont également réalisés dans le cadre de la copropriété indivise et comportent la rédaction de conventions entre copropriétaires indivis et la conversion en copropriété divise pour des projets de toute envergure.

Ce que vous devez savoir…afin de ne pas retarder votre achat/vente

18 mars 2010- L’achat ou la vente d’une résidence ou d’un condo requiert une grande planification. Les dates de signature de la transaction et de prise de possession en font partie intégrante. En effet, un retard sur la date prévue entraîne des incidences logistiques et monétaires pouvant être importantes, tant pour les acheteurs que pour les vendeurs.

Vous devez quitter votre logement, faire des rénovations avant de vous installer, notifier un avis de reprise de possession d’un logement à un locataire, déménager dans une nouvelle ville, vos enfants débutent leur année scolaire, vous commencez un nouvel emploi, vous payez votre nouvelle acquisition avec le produit de la vente de votre propriété actuelle, vous tenez compte de la disponibilité de votre camion de déménagement, des congés fériés, de l’échéance de vos placements pour votre mise de fonds, etc…

Ce sont là des situations que les acheteurs, vendeurs, agents immobiliers et conseillers financiers considèrent lorsque vient le temps de fixer les dates de signature et de prise de possession.

Cependant, savez-vous que le prix d’achat payé au moyen d’un chèque visé peut retarder votre transaction de 3 à 10 jours ouvrables?

Lors d’une transaction immobilière, le notaire reçoit les argents nécessaires provenant tant du créancier hypothécaire que de l’acheteur. Ces sommes sont déposées dans son compte en fidéicommis et il a la responsabilité d’en vérifier la disponibilité définitive avant la signature de la vente.

Jusqu’à tout récemment, les notaires considéraient les traites bancaires et les chèques visés indifféremment. Toutefois, le délai de compensation bancaire, c’est-à-dire le temps nécessaire pour confirmer l’accès irrévocable à ces sommes, a amené les notaires à modifier leur pratique.

Le notaire ne pourra confirmer la disponibilité des fonds tant et aussi longtemps que le délai nécessaire à la compensation dudit chèque visé ne sera pas écoulé. Par exemple, le décès du signataire, une saisie sur son compte, une faillite ou un arrêt de paiement par celui-ci entraînera le refus par sa banque de procéder au transfert des fonds dans le compte en fidéicommis du notaire et ce dernier en sera avisé dans un délai de trois jours ouvrables suivant le dépôt dudit chèque visé. Les raisons justifiant ce refus pourront prendre jusqu’à dix jours ouvrables avant qu’elles ne vous soient communiquées.

En conclusion, il est dorénavant recommandé de procéder par transfert de fonds électronique, tant pour la mise de fonds de l’acheteur, que pour les sommes provenant du créancier hypothécaire. Dans ce cas, le notaire a la disponibilité définitive des fonds dès qu’il constate le dépôt dans son compte en fidéicommis. À défaut d’un transfert électronique, les traites bancaires sont préférables aux chèques visés puisque le délai de compensation est de seulement 24 heures ouvrables. De plus, une traite bancaire ne pourra faire l’objet d’un arrêt de paiement par l’acheteur ou être refusée en cas de décès de ce dernier, d’une saisie sur son compte ou de sa faillite.

Les notaires adaptent leur pratique de façon à assurer la protection de leurs clients. Ces nouvelles règles nécessiteront de la part des intervenants, un effort de planification justifié par la sécurité qui doit être préservée lors des transactions immobilières.

 

Me Ginette Allard, Notaire
DE GRANDPRÉ JOLI-COEUR s.e.n.c.r.l.
2000, avenue McGill College
Bureau 1600
Montréal (Québec)  H3A 3H3
Tél. : (514) 287-9535
Fax : (514) 499-0469
Courriel :  g.allard@djclegal.com

Les chroniques expriment l’opinion personnelle de leurs auteurs et n’engagent absolument pas la responsabilité de l’éditeur du site, CondoLegal.com Inc. Le contenu et les avis émis dans une chronique n’engagent que leur auteur.  à

Retour aux chroniques

Mots-clés