La revente des condos reprend de la vigueur

31 janvier 2019 — Les reventes de condos ont connu leur lot de difficulté, mais elles se sont raplombées au cours des deux dernières années. À elle seule, l’île de Montréal influence grandement le marché québécois de la copropriété, considérant qu’en 2018, quelque 43 % des unités vendues dans la province étaient situées dans l’agglomération de Montréal.

Dans l’île de Montréal seulement, environ 10 800 copropriétés ont été revendues en 2018, ce qui représente une hausse de 15 % par rapport à l’année dernière. Ces chiffres démontrent, clairement, l’engouement pour ce type de propriété. La forte demande a non seulement permis une hausse des reventes, mais également une augmentation des prix au-dessus de l’inflation.

Prix médian revu à la hausse

Le prix médian (au pied carré) des condos revendus a pour sa part grimpé de 6 %, pour atteindre 352 $, selon les données colligées par JLR, société d’Equifax, en vertu des actes publiés au Registre foncier du Québec. Pendant la même période, l’inflation s’est accrue d’environ 2 %. Une hausse de la valeur réelle est donc observée.

Le prix d’un condo et son évolution peuvent fluctuer largement, selon l’arrondissement dans lequel il se trouve. Généralement, plus on se rapproche du centre-ville de Montréal, plus le prix au pied carré est élevé.

L’année 2019 sera modérée

L’année 2018 a été particulièrement faste pour le marché de l’immobilier québécois, au point d’en surprendre plusieurs. Toutefois, 2019 la croissance des ventes s’annonce modérée, encore que plusieurs facteurs contribueront à soutenir ce marché.

Cela dit, l’offre d’unités neuves devrait augmenter cette année, car le nombre en construction, dans la Ville de Montréal, est passé de 6 561 en décembre 2017 à 7 431 en décembre 2018. Par conséquent, plusieurs unités sont susceptibles d’être mises en marché, en 2019, ce qui devrait faire diminuer la pression dans le secteur de la revente.

Précisons que les superficies des copropriétés utilisées pour la présente analyse correspondent à celles inscrites au rôle foncier. Les stationnements et les balcons ne sont pas inclus dans les espaces mesurés pour calculer la taille d’une copropriété. Ces éléments peuvent avoir un impact important sur leur valeur de revente.

Montréal, 31 janvier 2019
Source : Les Affaires